LAURÉATS DES PRIX MARIE-DOMINIQUE HAGELSTEEN POUR UNE PUBLICITÉ RESPONSABLE

Communiqués de presse

Le Fonds de dotation de l’ARPP a révélé le 19 février à l’École du Louvre, les lauréats des Prix Marie-Dominique Hagelsteen pour une publicité responsable, dont 2019 constitue la première édition.

Le Fonds de dotation de l’#ARPP a révélé le 19 février à l’École du Louvre, les lauréats des Prix Marie-Dominique…

Publiée par ARPP – Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité sur Jeudi 21 février 2019

L’Association des Agences Conseils en Communication (AACC) est le premier lauréat du « Prix Marie-Dominique Hagelsteen d’Initiative pour une publicité responsable », pour son programme de « Label RSE agences actives » lancé en juin 2018.

Le Prix récompense une action des professionnels en faveur d’une publicité éthique et responsable, et dont le retentissement est susceptible d’inspirer le marché.
La création d’un label certifié AFNOR adapté au métier des agences, élaboré avec des experts indépendants et incluant l’exigence d’une formation des équipes à l’élaboration de contenus responsables, a été considéré, par le Jury, comme « un travail de fond, très structuré, aboutissant à un outil complet et opérationnel susceptible d’un effet d’entraînement sur l’écosystème ».

Consultez le dossier de l’AACC.

Une équipe de chercheurs de Paris-Saclay/Mines-Telecom/MIT  [1] réunie autour du projet « Algorithmes, publicité, performances » remporte le « Prix Marie-Dominique Hagelsteen de Contribution à une publicité responsable » pour son projet d’article de recherche : « les algorithmes de réseaux sociaux préfèrent les femmes sans tête ».
Le prix, doté de 5000 euros, récompense les travaux académiques ou les ouvrages qui construisent une pensée théorique ou une innovation sur les bienfaits de pratiques responsables en matière de publicité.
Les travaux de l’équipe de chercheurs mettent en évidence que les biais introduits dans le fonctionnement des algorithmes des réseaux sociaux par les stéréotypes dominants réduisent l’efficacité de la publicité du point de vue de l’annonceur, tout en discriminant l’utilisateur.
Le Jury a estimé le sujet « essentiel, tant du point de vue de la nécessaire prise de distance critique vis-à-vis de la  technologie que de celle de la lutte contre les représentations sociales stéréotypées,  ou encore de  celui de la recherche d’un meilleur  fonctionnement  du marché. »

Consultez le projet d’article de recherche  : « les algorithmes de réseaux sociaux préfèrent les femmes sans tête ».

Le président de l’ARPP et du Fonds de dotation de l’ARPP, François d’Aubert, a rappelé la vocation du Fonds à financer des actions d’intérêt général en direction de la promotion et du développement de l’éthique publicitaire, et s’est félicité de l’occasion ainsi offerte de renforcer la dynamique de rapprochement entre les professionnels et le monde de la recherche.

Marie-Dominique Hagelsteen

Il a rendu hommage à l’action de Marie-Dominique Hagelsteen, haute figure de la fonction publique décédée prématurément en 2012, qui a accompagné l’autorégulation professionnelle de la publicité pendant 8 ans, d’abord comme Présidente du BVP dans années 1990, puis comme préfiguratrice et première Présidente du Jury de Déontologie Publicitaire à la création de ce dernier en 2008, et dont les Prix portent le nom.

Les « Prix Marie-Dominique Hagelsteen pour une publicité responsable » seront reconduits en 2020.

 

 

 

Contact presse : ARPP – Stéphane Martin, Directeur Général, +33 (0)1 40 15 15 26 / Formulaire de contact

Paris, le 20 février 2019

[1]

Grazia Cecere, professeur d’économie au sein du département Droit, économie et finance de l’institut Mines –Telecom ; Clara Jean, doctorante en économie à l’Université Paris-Saclay, Matthieu Manant, maître de conférences à l’Université Paris-Sud, et Catherine Tucker, chercheur au MIT.